Vous recherchez?

lundi 29 janvier 2018

L'école à la maison comme projet de vie?

De Le janvier 29, 2018
Olivia du blog Our Little Family, a publié ce matin un article ayant pour titre  :

L'école à la maison est-il un projet de vie adapté à tous?

Elle y expose son avis concernant l'école à la maison et son expérience personnelle. Je vais donc m'efforcer de répondre à sa question principale ainsi qu'à toutes les questions qu'elle pose à
travers son article. 

Pour nous l'instruction en famille a commencé quand Arthur n'a pas fait sa rentrée en petite section de maternelle. Une année douce mêlée de jeux et sorties dans la forêt.
Nous l'avions pré-inscrit dans une école.
Mais ne le sentant pas prêt, nous avions décidé qu'il resterait encore un an avec nous.
La pression familiale a été forte.
Des mots comme "petits sauvages" et "manque de sociabilisation" ont été régulièrement prononcés. Nous avons cédé.

Nous avons inscrit les enfants à l'école en PS et MS. Mais  l'école où les enfants était inscrit n'avait rien de bienveillante. Au fil du temps, les blessures se sont accumulées. Jusqu'à ce que je récupère Arthur avec l'arcade ouverte nécessitant des points, sans savoir qui, que, quoi, où, et comment. Un mois plus tard, c'est Adam mon petit 3 ans,  rendu à midi le bonnet vissé sur la tête une énorme bosse sur le front et le nez cassé. Toujours sans aucunes réponses.
Cela devenait récurant et nous avons fait le choix de les retirer , nous ne souhaitions pas être appelé pour une blessure plus grave. Et je ne parle "que" des blessures.

Nous avons donc repris le chemin de l'instruction en famille et notre petite organisation.
Nous avons mis plus de 6 semaines pour redonner envie de travailler à Adam.
Il a fallu s'adapter à sa "nouvelle" phobie. Il ne voulait plus peindre, dessiner, tenir un stylo, jouer avec son frère. Six longues semaines à me torturer l'esprit à savoir si j'avais fait le bon choix.
A chercher des réponses à des solutions que je n'avais pas sur le moment. Il m'a fallu avoir beaucoup de patience et de compréhension. Pendant ce temps, je m'occupais d'Arthur.

Ce n'était pas vraiment notre "projet de vie" sur le moment. Il s'est imposé à nous.
S'il y a bien un point avec lequel je suis en accord avec Olivia, c'est à propos de la remise en question. Elle est permanente . Et heureusement !
Dans mon milieu professionnel (je suis conseillère en insertion professionnelle) , on appelle cela l'analyse de pratique. Cela permet de voir ce qui marche ou non. Ce qui est a continuer ou non.
Et les besoins pour accompagner au mieux.

Est ce que cela m'a demandé une quelconque connaissance ou maturité de réflexion ?
Non il fallait agir , et on s'est adapté.

Est ce que j'ai eu besoin de "certaines connaissances" ? 
Non. J'ai fait des études loin de la pédagogie et de l'enseignement. Mais j'ai lu beaucoup sur le sujet "après" nos débuts d'instruction en famille. Et je pense qu'on peut vite se mettre à niveau, même si on a pas les "bases" . Je pense a contrario, que l'on peut faire l'instruction en famille, si l'objectif principal est le bien être de l'enfant.

Est ce que j'ai fait des concessions professionnelles ou  sociales?
Non. J'étais et je suis en congés parental.

Est ce que notre aventure est collaborative
Sans nul doute. On échange, on partage, on avance ensemble.

Je me suis lancée, enfin rectification, nous nous sommes lancés dans l'instruction en famille, sans lire la loi qui encadre l'instruction en famille.  Parce que j'avais pris des informations avant. Je me suis inscrite sur des groupes, sur des forums et j'ai lu beaucoup de blogs.
Et je ne voyais pas l'intérêt de perdre quelques heures à lire une loi qui de toute façon allait changer, évoluer se modifier, avant que mon fils rentre au CP. Et je n'avais pas plus d'interrogations . A ce jour, je ne l'ai toujours pas lu ...

Je suis prête au contrôle de l'Education Nationale qui aura lieu l'an prochain. Ainsi que la visite de la mairie. On a rendu service au maire, en retirant nos photo des enfants blessés. Odieux chantage contre notre sésame : la descolarisation des enfants . 
En plus des cours par correspondance, je note tout, je photographie un maximum d'activités, et je me sers des tableaux officiels de progression. Je sais où, ils en sont et ce que j'ai à modifier. J'accepterai les commentaires, mais pas les critiques non constructives. Car c'est NOTRE instruction, pas celle de l'Education Nationale. L'Education Nationale a montré ses défaillances, sa violence, et son absence d'excuses, lorsqu'ils étaient scolarisés et je n'arrive pas à l'oublier. Cela viendra avec le temps... 

Notre routine s'est rapidement installée. Je ne travaille avec les enfants,  que le matin après 10h , 
et en première partie d'après midi jusqu'à 15h.
Travailler est un vaste mot. Puisqu'il y a beaucoup de jeux, beaucoup de patouilles et d'expériences. J'ai la chance d'avoir des enfants qui s'adaptent à toutes les situations sans trop de mal et malgré
une dysphasie pour Arthur.  J'ai trouvé mes marques, ils ont pris les leurs.

Concernant les "nouveaux liens sociaux", les enfants ont rencontré des amis NON SCO.
Mais surtout ils voient des enfants dans le cadre des activités sportives.
On se retrouve régulièrement le samedi pour les compétitions de baskets.
Et nous avons aussi les "copines" chez Mémé.
On voit du monde, et on construit des liens en allant chez la voisine ou à la boulangerie.
Dernièrement Adam m'a demandé s'il pouvait retourner à l'école.
Nous étions au parc devant l'école, avec des enfants sortant de l'école.
Je me suis posée la question "est il prêt à y retourner?"
Puis des petites filles ont alors dit à Arthur "barre-toi de là, on veut pas de toi ici".
Alors qu'il voulait monter faire du toboggan. Ces petites filles étaient dans sa classe l'an dernier.
J'ai vu leur année si violente et dévastatrice  à l'école repasser devant mes yeux. 
Là,  précisément j'ai su que tant que nous serons dans ce village, ni l'un, ni l'autre n'y retourneront.  
Mais si Adam reformule ce besoin sans que nous soyons à proximité de l'école, je pense que j'y réfléchirai sérieusement. Et qu'en couple, nous prendrons la décision.
Ce ne sera pas un échec, au contraire, je l'aurai aidé à ne plus avoir peur de l'école.

A ce jour, notre projet de vie, se résume à lire des histoire du Loup, faire de la pâte à modeler,
jouer à Croque Carotte, et surtout apprendre en douceur.

Est ce que cela va changer? Pas pour l'instant. Mais les enfants évoluent vite, apprennent vite.
Je sais qu'un jour je vais arriver à mes limites, et que moi aussi je voudrais reprendre un emploi.
J'y travaille en reprenant moi aussi mes études. Mais qui sait combien de temps encore nous pratiquerons l'instruction en famille.
C'est un projet de vie, qui englobe notre quotidien et toute notre énergie.
Un projet de vie commun à notre famille.


Pour répondre aux questions de Olivia : 

L'école à la maison est-il un projet de vie adapté à tous?

Je n'ai pas de réponse à cette question en tant que telle.
On ne peut pas savoir parfois, "quand" ou "si", on va faire l'école à la maison.
Je pense à Sarah, qui pendant un temps a dû descolariser son fils pour cause de violences de l'instituteur. Je pense à deux amies qui ont des enfants TDH  et qui n'ont pas eu le choix, car les écoles ne pouvaient plus les "accepter". Est ce que ce projet de vie était choisi ? Non.
Est ce qu'elles avaient le choix ? Non
Elles se sont adaptées. Elles ont appris.  Et le choix imposé est devenu projet de vie.  

Je pense qu'on a tous les ressources pour faire l'instruction en famille. Est ce que c'est adapté à tous? Je ne sais pas. Je pense sincèrement qu'on ait, ou non fait des études ce n'est pas ce qui nous conditionne en terme de parent instructeur. Ce n'est pas notre savoir acquis dans les livres qui détermine ce que l'on va apprendre et transmettre. Sans cela mon père qui n'a qu'un CAP n'aurait jamais pu nous enseigner de belles choses grâce  à sa culture et nous transmettre l'amour de la nature et des sciences.

Je pense que l'école à la maison, peut être un projet adapté à tous. Encore faut-il y croire. Encore faut-il être soutenu et encouragé. Imposé ou non, cela reste un choix personnel et familial. Certaines amies me disent "je ne sais pas comment tu fais, je n'y arriverai pas". Et pourtant, si elles n'avaient pas le choix, je suis certaine qu'elles pourraient y arriver.

Et toi, penses-tu que tu pourrais faire de l'école à la maison, un projet de toute une vie?
Penses-tu que tu pourrais te lancer dans l'instruction en famille ?


Je n'ai jamais pensé pouvoir faire l'école à la maison, et qu'il serait le projet de toute "notre" vie.
Mais je suis forcée de constater, que cela nous va bien. Et cela ne résume pas "toute notre vie".

Je me suis lancée sans filet dans l'instruction en famille. Sans parachute et si j'échoue, j'emporte
avec moi l'instruction de mes enfants. Et c'est une immense pression.

J'ai appris et j'apprends tous les jours, ce dont j'ai besoin pour les accompagner au mieux dans ce projet.

Mon seul but, c'est qu'ils aient le niveau de compétences requises. Mais surtout qu'ils gardent leurs grains de folie, leur joie de vivre . C'est pour eux, que j'ai fait ce choix de vie.

C'est pour mes électrons libres que j'ai choisi ce projet de vie : faire l'école à la maison.


dimanche 28 janvier 2018

Notre IEF cette semaine #4

De Le janvier 28, 2018

On termine le mois de janvier tout doucement. Je note une grosse fatigue chez les enfants. Un sérieux manque de lumière et des cernes de fatigue. Mais en gros la semaine a été bonne.

Lundi.





Nous avons continué d'explorer l'album de Abel. Pas moins de 3 fiches par jours. 
Les garçons ne se lassent pas de cet album. 

Et les activités proposées dans le hors série de Ma Classe Maternelle, sont ludiques et non répétitives.

Du coup, on avance et on continue tranquillement.






J'ai proposé comme activité des cartes à broder. Adam n'a pas aimé.
Préférant jouer dans sa chambre. Curieusement Arthur s'est montré d'une extrême patience.
Je trouve que l'activité intéressante pour la motricité fine et la coordination.


Arthur a continué avec un cahier CP, acheté chez Action pour 1 euro.
Les activités sont intéressantes.
Et permettent de venir renforcer de manière ludique les apprentissages des lettres cursives.

Au départ, je l'avais pris pour la fin de l'année.

Et lassé par les cahiers d'activités que nous avions , il s'est tourné de lui même vers ce cahier,  qu'il fait en toute autonomie.

Mardi. 

Nous avons continué l'exploration des mots avec notre dictionnaire. Depuis Octobre, chaque mois nous faisons une page de chaque lettre. Cela permet à Arthur de développer son vocabulaire "pauvre" comme l'a souligné l'orthophoniste en septembre. Et de travailler la prononciation des mots. J'ai choisi le Larousse, par rapport à d'autres dictionnaires pour enfants, car des planches vraiment jolies. A la fin, il y a des pages sur les dinosaures, sur les arbres etc... qui permettent d'explorer le langage de façon ludique. Il y a des comptines des jeux de mots avec les lettres etc... J'ai mis du temps à me décider pour ce dictionnaire, mais je ne suis pas déçue une seconde. Même Apolline aime le feuilleter.


Adam a continué d'explorer les chiffres et les lettres. Nous avons mis en place un rituel avant de commencer. On compte chaque jour. J'avais vu cette activité dans une vidéo YouTube. Une Instit, avait mis en place ce rituel accompagné d'activités comme le comptage d'objets.  Arthur compte sans soucis au delà de 31. Pour Adam, c'est une autre paire de manches. Mais nous y travaillons doucement. Mais le 1, 2, 4 ou 1, 4, 6 continue de bouleverser la suite numérique ...

Avec ce jeu, deux activités. Pour Adam la discrimination visuelle et le rangement des lettres.
Ainsi, il peut se familiariser avec l'alphabet au grand complet et découvrir les accents.
Le but second, c'est aussi de lui faire dire le nom des lettres.
Ainsi, il nomme , classe et range les lettres.


Quand à Arthur laissé en autonomie, il compose les premiers mots. Alors il triche un peu.
J'avoue avoir été surprise. Il compte les trous des lettres pour trouver la bonne lettre.
Mais au final, il apprend quand même.
Ainsi, je l'ai entendu épeler les mots. Et même les écrire sur un bout de feuille de brouillon.
D'ailleurs son mot préféré, c'est PIZZA. 




Côté album,  nous avons donc lu Le Loup qui découvrait le pays des contes. 

J'adore les histoires du Loup.
Et en plus de celui ci, un joli recette à réaliser avec les enfants.
Du coup, nous continuons notre lecture la semaine prochaine et j'ai prévu de leur faire réaliser la recette en toute autonomie.
Cet album  permet de découvrir des contes comme le Petit Chaperon Rouge, ou Blanche Neige que nous n'avions pas encore lu.

Puis le Loup la notion de partage est toujours présente.
Tout comme dans Abel où le mouton donne sa laine, ici le Loup part à la recherche des ingrédients pour faire un gâteau.

Mercredi "OFF"

Sortie au parc de notre village et marche dans les vignes...





Jeudi et vendredi . 

Nous avons continué nos fiches Abel le mouton. Puis fait un peu de peinture à doigts.
J'ai trouvé cette peinture chez Gifi en promotion pour 1 euro.
La seule consigne était de ne faire que des points du bout des doigts .
Nous terminerons l'activité la semaine prochaine en y collant des photo d'eux avec un parapluie. Enfin ils ne le savent pas encore.


Vendredi matin, alors que Apolline et Arthur dormaient encore. Avec Adam nous avons continué nos cours PI.

Adam n'arrive pas à terminer son devoir.
Alors j'ai essayé de comprendre "pourquoi".
Pourquoi il bute sur les lignes de son devoir .

Il ne voulait absolument pas terminer.


Alors j'ai décidé de sortir d'autres supports et de travailler la graphie en douceur.

Pour une fois, je n'ai pas utilisée les supports Montessori . J'ai tracé des lignes sur un brouillon.
Et il n'a rencontré aucun soucis. Du coup, j'ai laissé de côté les cours PI, une nouvelle fois.
Et nous nous sommes concentré sur l'étude des lettres "rondes".











































Je pense que les cours PI ne sont pas assez ludiques dans les productions à rendre. Surtout pour un Moyenne Section. Arthur n'a pas de soucis donc, peut être une question de maturité. Adam est sensible à tout ce qui est ludique, et déteste les contraintes. Il va falloir que je travaille avec lui, pour améliorer ce petit point.

Il a terminé au tableau par PAPA et MAMAN.




J'ai fait OFF avec Arthur en "formel". Mais il a passé sa journée de vendredi  à compter.
Additionnant et soustrayant oranges, pommes crayons, et chaussures.
Alors je n'ai pas souhaité faire "plus".
Parfois je le laisse faire en "unschooling" et ça lui va très bien. 
Je ne me mets plus de pression s'il ne travaille pas comme je le souhaiterai .
Il va à son rythme...


Voilà, une longue semaine, un long article.

La semaine prochaine, nous continuons ABEL, Le LOUP, et nous découvrons KANDISKY " en peignant à la manière de... " 

Nous allons explorer les chiffres, et nous allons compter avec une boite à compter (récup) dont j'ai trouvé l'idée sur Pinterest ... 


Et chez vous quoi de beau au programme ?




Vous pouvez retrouver l'album du Loup  sur Amazon ici: http://amzn.to/2Ej2RxC et l'album de Abel ici: http://amzn.to/2GnzNpv

dimanche 21 janvier 2018

Les semaines ne se ressemblent pas... #3

De Le janvier 21, 2018
La semaine est passée si vite, que nous sommes déjà dimanche matin. Je m'aperçois que cette semaine, je n'ai guère pris de photo. Le mauvais temps y a été pour beaucoup. La maison sombre, avec ces pluies incessantes, ce vent... C'était vraiment triste. Pourtant le salon donne sur une grande
baie vitrée lumineuse. Vivement le printemps ! 



Dans mon bullet journal dédié à l'ief, je note ce que font les enfants au quotidien.
Alors, non, il n'est pas graphique, il n'est pas artistique, et j'y retrace simplement ce que nous faisons. Mais il m'aide bien. L'an dernier, j'utilisais un agenda classique, et j'étais limité par le nombre de lignes quand nous faisions beaucoup d'activités.
J'essaie du coup avec, d'avoir un regard sur ce que nous accomplissons, pour doser au mieux la semaine qui suit. Parfois, une demi heure intense, permet de les laisser tranquille un long moment. 
Je note parfois l'heure du coucher, et cette semaine, elles ont été plus que tardives. Je vais donc modifier  un peu notre organisation du soir et tenter un énième rituel lecture/couché à heure fixe.
J'y note le temps, nos sorties etc... Mais je ne note pas ce que "nous allons faire" . Juste ce que nous faisons. La nuance, c'est la planification en perpétuelle renégociation avec l'IEF. 

Cette semaine, il y a eu beaucoup de ces moments là. Beaucoup de Unschooling pour Adam, qui recommence à ne pas vouloir travailler de façon régulière, assis derrière le bureau.
Je continue donc de lui proposer des jeux de motricité ou tout simplement le laisser libre de faire
ce qu'il souhaite. Et cette semaine, il a joué à Mario avec ses peluches, quasi quotidiennement.
Donc, il construisait, détruisait, courrait, sautait, chantait , et s'amusait avec ses compagnons .
Parfois seul, parfois avec Arthur et Apolline. Apolline étant le méchant bien sur...


Arthur a commencé les activités autour de l'album Abel le mouton. Activités que j'ai entièrement prises et photocopiées dans le hors série de La Classe Maternelle.  Et je reprends la progression de PS à GS. Adam ayant refusé de faire les fiches, ou même d'écouter l'histoire (qu'il connaît déjà depuis 2015) .
Je lui (re)proposerai la semaine prochaine. 

Pourquoi reprendre à partir de la PS? 
Parce que cela me permet de voir, ce qui est acquis ou non. Et de vérifier que les compétences demandées en GS sont là. C'est une façon d'évaluer le niveau des enfants Moyenne Section pour Adam, et Grande Section pour Arthur. Alors certes, ce n'est pas vraiment le but recherché. Le but étant de travaillé jusqu'aux prochaines vacances, sur un album qui traite de l'hiver, de la neige et de l'amitié. 

Nous avons travaillé sur les cours Pi lundi et mardi. mais également comme la semaine passée sur un cahier des éditions Bordas, CP. Où Arthur est capable de faire les exercices sans mon aide. Je lui explique la consigne, et il fait en toute autonomie. 

 Il a également continué de s'exercer à l'écriture cursive. D'ailleurs on peut observer une belle évolution en un mois.  Du 12 décembre en haut au 16 janvier sous sa main.
Alors il commence au crayon gris, et repasse au stylo. Il fait quasi ça pour chaque écriture. Comme s'il en avait besoin pour prendre confiance. Au départ, je lui disais "non tu dois directement écrire au stylo ou au crayon, tu n'as pas besoin de repasser" . Mais il me répondait "si maman, je dois".
Je le laisse faire.


Côté activités, j'ai installé un grand coloriage chacun sur le bureau. Et je les ai laissé gérer leurs besoins de créativité. Et comme je m'y attendais, Adam y est allé en premier et y a passé de longues heures. Arthur qui n'aime pas le coloriage, a commencé, puis à laissé l'activité complète à son frère. 
J'ai également sorti la pâte à modeler, que Apolline a découvert. Quel bonheur de malaxer cette pâte colorée. D'ailleurs, elle y a goûté. Heureusement, c'est une pâte "soft". Mais du coup, je vais recommencer à en faire. La recette est simple, rapide, et sans danger pour les enfants. 



Et bien sur, Apolline nous a accompagné chaque jour, avec des activités différentes. Elle aime le colorino, et les clipos . Activités qu'elle a alterné tous les jours.  La petite nouveauté, c'est qu'elle sait monter sur nos chaises du bureau, et qu'elle s'installe pour dessiner. Je laisse des pots de crayons et de feutres à disposition. Mais la table prend cher, tant sa productivité est grande. D'ailleurs une des peluches des trois petits cochons d'Arthur, s'est retrouvée toute zébrée de vert.


Nous avons aussi préparé des DONUTS. Après la pâte la difficulté réside à ne pas en mettre partout. A respecter la consigne, pour ne pas se brûler avec les plaques. Et surtout à se régaler et prendre des forces avant de partir au judo. 




Au programme la semaine prochaine : 

Cours PI,  Abel le mouton, décorer un alphabet à accrocher (découpé dans du carton), les lettres mobiles et travailler notre ALPHABET des sons, quelques pages de cahiers d'activités,  une vieille box Toucan Box que j'ai gardé (j'ai arrêté mon abonnement jusqu'en février), et peut être faire des boules de graines pour les oiseaux. Mais c'est tellement plus sympa de voir Monsieur Merle venir jusqu'à la baie vitrée pour prendre son repas,... 

Et sûrement une présentation en vidéo de nos cours Pi, et de ce que nous avons déjà fait comme pages... 


Et chez vous quoi de beau au programme ?



Pour retrouver sur Amazon l'album de Abel : http://amzn.to/2mXgrP0
Pour résumer rapidement : ABEL est un mouton tout doux, qui n'hésite pas à donner sa laine à ses amis les animaux alors qu'il fait froid. Un joli album sur l'amitié et le don. Mais pas que... 

dimanche 14 janvier 2018

Fin de notre première semaine de reprise d'IEF #2

De Le janvier 14, 2018
Ce qui a bien dans l'instruction à la maison, c'est que l'on peut faire évoluer son planning en fonction des enfants. Et on renégocie ce que l'on doit faire , pour faire autre chose.
J'ai donc changé nos plans et notre organisation, pour m'adapter à un rendez vous médical, à une absence d'envie de travailler de Adam, et la fatigue  de la reprise.  Judo, Basket et tout le tra la la .
Notre première semaine d'instruction en famille n'est guère monotone...

J'ai proposé  à Arthur jeudi, de faire une page de cahier CP  . Je le sens prêt pour  commencer à cheminer vers la lecture. Alors, nous avançons doucement mais sûrement.

Je sors toujours les lettres mobiles pour qu'il puisse toucher, manipuler  et appréhender au mieux
les lettres, surtout quand il n'arrive pas à former les lettres comme  le G, ou le F.
A l'aide d'une feuille de brouillon, il reproduit la lettre, puis, il répond aux questions.


 Ce qui m'a frappé, c'est que les consignes sont vites acquises. Et qu'il travaille en autonomie.


J'ai donc pu en même temps, jouer avec Adam, qui a passé deux jours sans vouloir travailler de façon formelle. Alors, j'ai sorti les puzzles qu'il aime en 16 et 32 pièces, de Cars bien sûr ! 

Je déteste les puzzles. Je n'ai aucune patience. Mais lui oui, il aime.





Puis on a joué, avec l'un de nos Docteur Maboul, celui des Minions, parce qu'il est "fun", et plus facile que l'original. Nous avons 3 autres versions de l'original et  une  version de dinosaures.
J'aime assez ce jeu, car il aide à la coordination des mouvements. La "pince" est utilisée entre deux doigts. Ce qui aide Adam aussi à aller vers l'écriture en améliorant sa graphie.
Depuis quelques semaines, je note, qu'il tient beaucoup mieux ses crayons, alors j'espère encourager ce nouvel élan pour écrire...



Pour finir nous avons joué avec notre MOBI, de chez Toplà Un jeu que j'avais commandé pour Noël, et qui a fait deux heureux sous le sapin .

C'est un peu comme le Scrabble, mais version maths.


Pour Arthur et Adam, je n'utilise que les + et les - , du coup, nous abordons les additions et les soustractions, naturellement et en jouant
Et le système d'opération est complété par notre boulier. Comme ça, si Arthur n'arrive pas à compter avec ses doigts, le boulier, prend le relais.
Ce jeu est génial. A l'origine, je voulais le sortir plus tard, mais Arthur  compense son retard de langage par des facultés en maths. Alors autant lui proposer des jeux pour avancer .
Adam est aidé par mes soins, mais il apprend  les "chiffres", et s'initie en douceur aux calculs.




Vendredi nous avons fait off. Mais en voiture le matin,
Arthur a pu travailler son piano.

Il est comme son père et joue à l'oreille et c'est assez déstabilisant quand par exemple il reproduit un air. Bon sûrement pas avec les bonnes notes, mais j'ai eu droit à une souris verte d'une grande justesse. Mais également We wish you a Merry Christmas. Une chanson de Noel qu'il adore. Personnellement, je suis incapable de quoique ce soit. Pourtant ma mère avait un piano, pourtant j'ai pris des cours... Et je pense que Adam sera un peu comme moi...

Bref , on utilise une appli que l'Ipad, où il y a plusieurs niveaux  à passer. Même si on sera vite limité, car l'application est payante. Arthur joue sur les partitions gratuites.

Je vais lui prendre une nouvelle méthode, j'hésite  entre deux . A voir...

Samedi nous avons marché 4 km autour d'un lac. Il faisait froid, mais c'était bien agréable.
Le soir nous avons revu les lettres, pour rattraper notre journée OFF de vendredi.

Et aujourd'hui, nous avons préparé la semaine, rangé la maison, et laissé les enfants jouer à ce
qu'ils désiraient. Papa reprend le chemin du travail, on va reprendre nos marques...

Et moi, j'ai préparé notre petit programme. Nous partons sur l'étude de l'album  Abel Le Mouton. J'utilise le hors série Ma Classe Maternelle de 2016 je crois (je vérifierai), pour programmer nos activités jusqu'en février . GROSSO MODO 30 minutes sur l'album par jour, que cela soit en arts graphique, en écriture, suites numériques, etc...
Mais j'en reparlerai prochainement, car c'est un album qui mérite d'être connu.
Les activités du hors série,  sont très progressives et ludiques .


Pour le blabla du dimanche soir, j'aimerai aborder une question que l'on m'a posé.

"Mais n'avez vous pas peur, qu'ils n'aient pas le niveau?"

Alors oui, bien sur que j'ai peur.
Peur de ne pas être à la hauteur.
Peur de ne pas les emmener là où ils doivent aller.
Peur qu'ils ne soient pas au niveau.
Bien sur et heureusement! Cela me permet de me remettre en question.
Cela permet que je fasse une analyse de pratique. Ce que je fais bien, ce que je fais mal...
Cela permet que je garde la tête froide et surtout que je reste HUMBLE devant leurs capacités à apprendre.

Alors, j'ai peur évidemment qu'ils n'aient pas le niveau. Mais quel niveau? Celui proposé par l'Education Nationale, qui aurait exclu Arthur d'une scolarité "traditionnelle" avec sa dysphasie?
Qui trouverait quelque chose à redire sur la tenue de "l'outil scripteur" de Adam?

Alors j'ai envie de répondre, qu'il faut aussi prendre en considération l'enfant dans sa globalité.
S'il sait lire a 8 ans, au lieu de 5, cela ne me posera aucun problème,tant qu'il acquiert le niveau requis de socle commun à l'âge demandé. Et je ne suis pas seule. Mon mari veille aussi à l'instruction des enfants. Peut être pas de façon formelle, mais il apporte le soutien dont les enfants ont besoin.

Oui, j'ai peur. Et c'est normal. Je ne suis pas une professionnelle de l'éducation, je ne suis pas professeur, je n'ai aucune notion de didactique, de phonologie, de pédagogie...
Mais je fais en sachant du fond du cœur que je fais "au mieux".




jeudi 11 janvier 2018

Mercredi OFF #1

De Le janvier 11, 2018
Le mercredi est un jour OFF. Pas d'instruction. Mais cela ne signifie pas que nous faisons rien. Quand le temps le permet, nous sommes dehors.Et nous découvrons le monde.Enfin, notre petit monde autour de la maison et autour de l'Estuaire de la Gironde. .

Mais le mercredi surtout,  nous jouons. 

J'avoue qu'avant, je détestais jouer aux jeux de société. Chez moi, quand j'étais petite, on ne jouait pas. Mais depuis ça a bien changé. Et nous avons une jolie collection de jeux, achetés au détour de vides greniers, ou offerts.
Arthur  a décidé de sortir  le jeux d'empilement de Chez Ikea. ( à retrouver ici )

N'ayant pas acheté de Kapla , nous avions trouvé que ce jeu pouvait faire l'affaire. Il s'agit d'un jeu avec un dé avec des faces colorées. La règle est simple : monter une tour et jeter le dé de couleurs  et retirer une piece de la tour, à la couleur tombée. Les enfants adorent.

Cela aide à développer la patience, la concentration et à travailler sa motricité fine. Il finissent
par laisser libre leur imagination en construisant des tours, des châteaux, des ponts, des formes géométriques...



J'ai eu droit à un remake des 3 petits cochons. Un mûr de briques et un loup (Arthur) qui soufflait, soufflait , souffffffflaittttttt sur les constructions de son frère.  Et l'autre qui râlait à chaque fois
que cela s'écroulait ...


C'est intéressant, comme un simple jeu d'empilement, peut devenir source d'occupation et d'imagination. Et surtout donner du calme aux parents.... 
Calme pendant plus d'une heure. Cela m'a permis de tricoter en lisant mon "Flow" .



Apolline comme toujours était avec nous. J'ai sorti les cubes-puzzle. Il manque une pièce donc, je pense que je vais peindre les cubes de différentes couleurs.
Apolline, passe de longs moments à essayer de s'approprier les lois de l'équilibre. 


La pomme ne tombe jamais loin de l'arbre, enfin la tour plutôt...

En vrai, c'est tellement drôle quand la tour que l'on fabrique avec soin, tombe .En général, 
elle se tourne vers moi, cherche mon regard, fière de son exploit, les yeux brillants, et l'air malicieux qui me dit: "t'as vu maman". Elle est fière, c'est sa réussite!

Franchement, J'aime ces jeux simples. On peut utiliser toute sortes de supports pour "empiler". Comme  des rouleaux de papiers toilettes, des boites de conserves, des livres, des branches , les galets, etc...

Cela stimule l'imaginaire, tout en favorisant les apprentissages.

Aujourd'hui, nous avons plongé  dans le monde des lettres et mathématiques de façon ludique...

A suivre ...




mardi 9 janvier 2018

Une reprise tout en douceur...

De Le janvier 09, 2018
Lundi matin, la reprise a été douce. No stress, pas de "vite vite", ou de "on va être en retard".
Nous avons commencé à travailler, vers 11h et avons terminé vers 12h30, contraints et forcés par
des estomacs qui criaient famine ...

Après avoir installé notre poutre du temps de chez les éditions Nathan.
Compté les jours depuis le 1er de l'An. Replacé les anniversaires , vérifié qu'en juillet, il y avait bien un 17 ...
Parce que oui, Arthur a craint que le 17 juillet ne soit pas là cette année, et qu'il n'ait pas d'anniversaire.

Après avoir replacé le père Noël , et compté les mois; avant sa prochaine venue. Avoir entendu de grands soupirs, avec un "tout ça"
de doudou ...

Nous avons commencé  nos exercices des Cours Pi.
Plusieurs pages chacun, et chacun à son rythme.
Avec pour chacun,   des exercices comme à l'école :

- Arthur  en Grande Section 
- Adam en Moyenne Section
- Apolline à "très très très petite Section".

Oui parce qu'elle nous accompagne dans notre quotidien, et il faut bien l'occuper, pendant que nous travaillons.




 On a presque terminé la première partie. Et allons bientôt quitter la banquise et les inuits. Nous allons envoyer le premier devoir. En vrai, il est déjà terminé. Mais Arthur doit refaire ses lignes d'écritures sur une page de cahier, parce que celles du devoir n'ont pas été faite correctement. Comme je tiens à ce qu'il fasse "bien" et ''seul "ses exercices. Cela veut dire, que l'on refait à un autre moment, les mêmes choses et que nous les joignons aux devoirs.  Adam doit travailler ses "ronds," 
et surtout dessiner son bonhomme à placer dans le devoir. Sauf que Adam ne dessine pas à la commande.
 C'est  un "artiste",il a besoin de créer quand ça lui plait (humour bien sûr)...

Nous avons quelques exemplaires de Olalar, un magasine des éditions Faton,  pour les enfants,
qui traite de grands peintres mais pas que... Il est très accessible pour les enfants à partir de 3 ans. Personnellement, je suis fan du magasine, parce qu'il offre une culture classique, ou contemporaine. Qu'il aborde de grands courants de peinture en toute simplicité.

J'aime le regard des enfants sur les toiles de Dali, ou Magritte. J'ai adoré, leur faire découvrir Mondrian l'an dernier, avec leur Toucan Box et partir sur d'autres exploitations.

Nous avons  donc commencé à étudier le peintre Arcimboldo
Après avoir lu son histoire, dans le magasine, nous sommes allés voir ses toiles en tapant son nom dans Google. Arthur adore faire des recherches, il tape à la dictée. C'est un excellent exercice.
Dans une première approche, je leur ai demandé de découper des fruits et légumes dans les publicités reçues . Puis d'essayer de former un visage avec. 

Ils n'ont pas terminé, puisque l'heure du Judo avait sonné. Mais ils ont compris le concept, et  se sont amusés à découper, coller et surtout trouver des oreilles avec des avocats, des yeux avec des oranges, et un nez avec une courge butternut  ...

La prochaine étape sera de former un visage avec de vrais légumes et de vrais fruits... 


 Aujourd'hui, j'ai changé de support, nous avions déjà travaillé sur  les Révises de Hachette Education en septembre/octobre, mais sur le thème de Cars. Ici, la Maison de Mickey est toujours un succès.
Seul bémol, Arthur a observé qu'il avait déjà fait les exercices avec le cahier Cars. Du coup, il a pu comparer son "travail" depuis septembre. Et  voir ses progrès.

 J'aime beaucoup ces cahiers "je révise" de chez Hachette, ils sont ludiques, et colorés.
Les exercices peuvent être fait en autonomie, une fois que la consigne est assimilée.
Arthur et Adam ont travaillé  seuls. Je n'ai apporté mon aide, que pour Adam,  avec les gommettes à placer au dessus/au dessous.
C'est une notion qui en pratique est acquise, quand on fait l'exercice sur et sous la table, sur  et sous telle chose, mais qui  sur papier  lui est difficile.

Il va falloir que je trouve des astuces pour l'aider à se repérer dans l'espace.


 J'ai fait OFF cet après midi. Adam a fait une longue sieste, c'est tellement rare , que je le laisse dormir avec plaisir. Il se lève vers 6h tous les matins .

Avec Arthur, nous avons révisé les lettres dans les 3 écritures tranquillement installés sur le canapé. Je suis toujours étonnée de voir, qu'il reconnait toutes les lettres en écriture cursive.  Je pense, que nous allons reprendre les syllabes. Il reconnaît certains mots, je pourrais forcer un peu
plus sur la lecture. Mais la patience est mère de tout. Pour moi, rien ne presse.
Qu'il sache lire à 5 ans, ou 8 ans,  l'essentiel, c'est que toutes les notions soient acquises...


Demain, c'est mercredi, pas de formel, mais de la patouille, des expériences,  de la  cuisine et des jeux ... 


Vous les avez aimé ...